couteau japonais

À quoi reconnaît-on un couteau japonais ?

En cuisine, il est possible d’utiliser plusieurs couteaux différents de par leurs origines et leurs utilités. L’un des types caractéristiques de couteaux est le couteau japonais. Si vous n’en avez encore jamais entendu parler, ou si vous n’en avez qu’une connaissance sommaire, nous vous proposons de découvrir à quoi vous pouvez reconnaître un couteau japonais.

Le couteau japonais, qu’est-ce que c’est ?

Le Japon est le pays qui a vu naître le couteau japonais comme le nom l’indique d’ailleurs. On tient cet instrument de cuisine, autrefois, arme de combat, du 19e siècle qui a vu les forgerons japonais user de leur capacité d’adaptation pour le créer. En effet, il leur était interdit de forger des armes telles que des katanas qui avaient servi dans des guerres destructrices et c’était dans le but de sauvegarder leur profession qu’ils ont dû penser à une sorte de reconversion.

C’est ainsi qu’ils ont créé le couteau japonais. Aujourd’hui, le couteau japonais est un instrument qui sert uniquement dans le domaine de la cuisine. Pour se procurer ce couteau, il faut tenir compte de son design.

Le design caractéristique du couteau japonais

couteau japonais

Pour la réalisation des couteaux japonais, les fabricants mettent un point d’honneur à l’esthétique. En effet, l’une des caractéristiques essentielles du couteau japonais est son aspect visuel dont les finitions sont particulièrement détaillées et abouties. Il n’est d’ailleurs pas rare d’observer sur les couteaux japonais, des mosaïques, des liserés ou encore des motifs destinés à les orner.

Les matériaux propres à la fabrication du couteau japonais

couteau japonais

Le couteau japonais est constitué d’éléments de base particuliers que l’on ne retrouve pas dans la fabrication des autres types de couteaux. Tout d’abord, le manche d’un couteau japonais est le plus souvent fabriqué dans du bois. Il peut provenir de différents arbres tels que le bouleau ou le châtaigner. Le bois peut aussi être mêlé à de la résine pour la fabrication du manche d’un couteau japonais. De plus, les manches de ces couteaux sont conçus de façon à pouvoir y emboîter une lame de rechange lorsque l’ancienne est usée. Pour en savoir plus, voir ce site comparatif.

La lame du couteau japonais est aussi de fabrication spéciale. Elle est généralement faite en acier VG10. Il s’agit d’une matière inoxydable possédant la propriété d’être hautement concentré en carbone. Cette propriété lui confère une robustesse telle que sa dureté peut atteindre jusqu’à 63 HRC. Le procédé de fabrication des lames de couteau japonais (le damasquinage) est particulier. Il consiste à ajouter de façon successive, autour du noyau de la lame, tantôt des couches d’acier dur, tantôt des couches d’acier souple, afin d’arriver à un résultat optimal.

Lire aussi : Mes conseils pour choisir facilement sa machine sous vide.

Il est important de mentionner que la concentration en carbone de l’acier VG10 donne au couteau japonais un tranchant exceptionnel. Un couteau japonais authentique est donc capable de découper facilement les différents aliments. Cependant, un tel avantage présente un revers : le couteau japonais est particulièrement sujet à la corrosion et doit, de ce fait, faire l’objet d’un entretien particulier et minutieux. Pour cela, il faut procéder au nettoyage du couteau immédiatement après son usage afin d’éviter que les restes d’aliments n’en altèrent le tranchant.

À savoir …

Pourquoi l’empereur Akihito était-il tant apprécié par son peuple ?